À l’origine du projet, il y a des jeux parfois anciens retrouvés par hazard dans la cave d’une école Brestoise dont certaines pièces sont manquantes. Cette découverte nous a donné envie de proposer à de futurs Aes de réfléchir des manières de repenser ces fameuses pièces manquantes dans un contexte d’atelier en Ehpad. L’intitulé du projet résonne comme une porte d’entrée à une réflexion plus poussé sur le caractère intergénérationnel du jeu.


La pièce manquante

Épisode 1 : Tester les jeux glanés

Nous avons débuter par compléter la collecte en proposant aux résidents et aux futurs AES de rassembler également des jeux dont des pièces manquaient (dans les greniers familliaux ou à l’EHPAD par exemple). Une fois ces jeux rassemblés, nous avons découvert, tester puis commencer à créer, ré-interpréter ensemble ces fameuses pièces manquantes.


   

Épisode 2 : Créer, réinterpréter


Comme dans le Kintsugi, cette technique ancestrale japonaise qui consiste à réparer un objet brisé en soulignant ses fissures avec de l’or, nous avons réalisé de nouvelles pièces en céramique pour que celle-ci se fondent dans les jeux tout en détonnant visuellement pour raconter, surprendre, attirer et créer un lien sensible et surprenant entre générations d’objets, de techniques et de joueurs. Un regard nouveau c’est posé sur ce jeux anciens. De nouveaux jeux ont été créé. De nouvelle règles ont vu le jour.





Épisode 3 : Expérimenter de nouvelles règles

Le projet de la pièce manquante était une porte ouverte à la création de dispositif ludique. Les futurs professionnel s’en sont emparés pour créer des déclinaisons de jeu autour du partage de souvenirs de rencontre d’objets, d’odeurs et de personnes.  Dérivé de jeu avec les pièces manquantes refabriquées.










Amine Benattabou

Designer recherche 
0647922987
amine-benattabou@hotmail.fr